Qui sommes nous ?
Nos Partenaires
Précédentes soirées
Prochaines soirées
Inscription
4 mars 2003 - L'Europe -

La sixième soirée des First Tuesday Citoyen autour du thème de la "Démocratie de proximité" a eu lieu le 4 mars 2003 au Café restaurant Board dans le 1er arrondissement à Paris. 80 personnes étaient présentes à cette soirée.

Monsieur Bernard Menez, artiste et vice-président du groupement D.I.V.E.R.S. (Démocrates Indépendants Voulant Ensemble le Renouveau de la Société).

A 21h00, Bernard Menez, artiste, vice-président du groupement D.I.V.E.R.S. (Démocrates Indépendants Voulant Ensemble le Renouveau de la Société) et ancien candidat indépendant aux législatives 2002 dans le 15ème arrondissement.

Billet d'humeur :
Rappel des origines de la démocratie :
En grec, "démos" = le peuple, "kratos" = l'autorité. La démocratie est donc un régime politique dans lequel l'autorité émane du peuple.
Elle est directe si elle n'a pas d'intermédiaire représentatif. Chez nous, elle est représentative à travers les élus.
Dans la Grèce antique, l'élection n'avait qu'une place secondaire. Les responsables, tirés au sort, formaient l'ecclesia, qui participaient aux décisions gouvernementales. Au fil du temps, démocratie et élection sont devenues indissolubles. Mais, on a ainsi de plus en plus associé régime libéral et démocratie où chacun bénéficie des libertés publiques. Alors la démocratie aboutit à des systèmes politiques différents voire opposés...
• Aux Etats-Unis : Soit vous êtes démocrate, soit vous êtes républicain.
• En Grande Bretagne : soit vous êtes travailliste, soit vous êtes conservateur.
• En France : soit vous êtes de gauche, soit vous êtes de droite.
Mais ils se disent tous défendre la démocratie !

Démocratie de proximité = la seule vraie démocratie :
La multiplication des élections entraîne celle des assemblées et donc celle des représentants. D'autre part, l'émergence des grands partis entraîne l'omnipotence de quelques uns, et donc, éloigne les élus de leur peuple.
Depuis l'arrivée de De Gaulle au pouvoir, cet écart va grandissant et, que les gouvernements soient de droite ou de gauche, la différence entre les plus riches et les plus pauvres va grandissante d'une manière constante. Faut-il rappeler que c'était l'une des principales raisons de la révolution de 1789 et de la création des Droits de l'Homme et du Citoyen ?
Il faut donc, avant qu'il ne soit trop tard, obliger nos élus à rétablir cette proximité. Comment ?
• Soit par la voie légale de nos institutions : mais ce sera très difficile, car aujourd'hui elles sont baillonnées.
• Soit par une voie civile et apolitique : on organise des référendums locaux dans toute la France, en regroupant les différents mouvements existants...c'est la position de D.I.V.E.R.S.
• Soit par une révolution de base, ce qui, si cela continuait ainsi, serait en tout état de cause le dernier recours.

La démocratie de proximité, applications pratiques :
Nos élus doivent représenter la population et non les quelques adhérents de quelques grands partis qui, d'une part sont minoritaires dans le pays et, d'autre part sont eux-mêmes asservis à quelques potentats de ces partis.
Les messages de la base se perdent d'assemblées en assemblées. En 1789, il y avait la France d'en bas et la France d'en haut !...attention : le représentant du Peuple doit avoir le courage de se remettre en cause par la consultation directe.

Exemple de propositions de démocratie directe :
Le R.I.C (référendum d'initiative citoyenne) était au programme,
• en 1988, de François Mitterrand, dans sa lettre aux Français
• en 1993, de tous les partis, du P.C au F.N, dont le R.P.R, présidé par Jacques Chirac. Cétait la quatrième de ses vingt promesses : l'instauration du R.I.C dans l'année.
• en 2002, de Jacques Chirac, dans sa profession de foi, au second tour des Présidentielles.
On promet et, si ça dérange une fois élu, on oublie...!
Il faut rappeler qu'au premier tour des Présidentielles, Chirac + Jospin = 25% des inscrits et qu'aux législatives, l'U.M.P n'a le soutien que de 30% des inscrits. Dans les deux cas, ils méprisent -ou ignorent délibérément - l'opinion de la grande majorité des Français.
On s'éloigne de plus en plus d'une vraie démocratie et on se rapproche dangereusement d'une République bananière.